Protection des dénonciateurs

L’ACAF soulève la question de la protection des dénonciateurs auprès de l’OCDE

Le directeur des Relations de travail de l’ACAF, Scott Chamberlain, a comparu à une réunion ministérielle sur la lutte contre la corruption et la protection des dénonciateurs de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à Paris, cette semaine, afin de présenter la perspective professionnelle des syndicats.

M. Chamberlain a pris la parole au nom de la Commission syndicale consultative, un groupe de coordination représentant plus de 66 millions de travailleurs et de travailleuses partout dans le monde. Il a agi ainsi à la demande de Mme Rosa Pavanelli, secrétaire générale de l’Internationale des Services Publics (ISP), compte tenu du rôle de chef de file que l’ACAF joue à cet égard chez les syndicats de fonctionnaires professionnels.

« Dénoncer la corruption, c’est faire le bon choix, mais, pourtant, trop de travailleurs et de travailleuses s’exposent, ce faisant, à des représailles qui changent leur vie pour toujours. On ne saurait trop insister sur cet effet paralysant et corrosif sur nos progrès », a déclaré M. Chamberlain à l’auditoire composé de ministres provenant de plus de 40 pays, notamment le Canada.

En collaboration avec l’ISP, l’ACAF préconise l’élaboration d’une norme mondiale relative à la protection des dénonciateurs et dénonciatrices, auprès de l’OCDE comme de l’Organisation internationale du Travail (OIT). L’ACAF est également active dans ce secteur au palier national, du fait qu’elle compte des représentants au sein du comité consultatif du Commissariat à l’intégrité du secteur public.

Articles reliés
Back to top