Protection des dénonciateurs

L’ACAF souligne la Journée nationale de deuil en mémoire des travailleuses et travailleurs canadiens

Aujourd’hui, l’ACAF rend hommage aux travailleuses et travailleurs qui ont été tués ou blessés au travail ou affligés d’une maladie découlant d’un incident au travail.

Tout le monde a le droit de travailler dans des lieux sécuritaires et sains. Personne ne devrait faire l’objet de violence, de harcèlement, de menaces ou de violence verbale, et personne ne devrait être forcé de travailler dans des lieux dangereux pour sa santé. Rendre le travail plus sécuritaire pour les Canadiennes et les Canadiens signifie non seulement prévenir la violence et le harcèlement, mais aussi éliminer les toxines dangereuses des lieux de travail physiques. Depuis plusieurs années, l’ACAF est engagée dans la lutte pour l’interdiction de l’amiante, une matière cancérogène connue, des immeubles fédéraux. Nous continuons à en faire une priorité, particulièrement aujourd’hui.

La violence au travail peut se produire une seule fois, ou elle peut faire partie d’une tendance plus générale. Elle est courante, et nombre de travailleuses et de travailleurs au Canada en sont victimes, mais elle est inacceptable et ne fait pas simplement « partie du boulot ».

De concert avec le Congrès du Travail du Canada, l’ACAF demande au gouvernement fédéral, en sa qualité tant de décideur que d’employeur, de prévenir la violence et le harcèlement au travail et de rendre le Canada plus sécuritaire pour les travailleuses et les travailleurs.

Plus précisément, nous encourageons le gouvernement à :

  • aller de l’avant avec une interdiction totale de l’amiante;
  • élaborer des politiques et des programmes en collaboration avec les comités de santé et de sécurité au travail;
  • offrir de la formation visant à prévenir la violence au travail, y compris le harcèlement;
  • cerner les dangers au travail et élaborer un plan d’action visant à les éliminer;
  • faire en sorte qu’il soit plus sécuritaire pour les travailleuses et les travailleurs de signaler les cas de harcèlement et de violence en mettant en œuvre des mesures anti-représailles, notamment la protection des dénonciateurs;
  • recruter et former un plus grand nombre d’agents de santé et de sécurité fédéraux; et
  • reconnaître la violence familiale comme un danger en milieu de travail.

Si vous avez été victime de violence ou de harcèlement au travail, veuillez communiquer avec les Relations de travail à labourrelations@acfo-acaf.com. Nous pouvons vous aviser de vos droits et des options qui s’offrent à vous. N’oubliez pas que toutes les conversations avec une conseillère ou un conseiller en relations de travail sont strictement confidentielles et que l’ACAF n’agira jamais sans votre consentement explicite.

Articles reliés
Back to top