Le financement de la démocratie

Mise au point du printemps

Les 16-17 juin 2015, l’ACAF a été l’hôtesse du sommet sur le financement de la démocratie au Centre Shaw à Ottawa. Cet activité non partisane, progressiste, regroupait des chefs de file mondiaux de l’industrie, du gouvernement, de l’éducation et des ONG afin de se pencher sur les enjeux en matière de fiscalité, de corruption et de commerce et d’élaborer des pistes de solution à ces problèmes mondiaux.

Le conférencier principal pour la première journée de cet événement historique était l’éminent économiste et penseur américain Robert Reich, qui a servi dans trois administrations fédérales américaines, notamment à titre de secrétaire au Travail sous le président Bill Clinton. M. Reich a prononcé une allocution incisive sur l’écart de revenu croissant et le rôle que celui-ci joue dans la détérioration de la santé économique d’un pays et il a partagé une vision positive de la façon de s’y prendre pour corriger cette disparité et remettre l’économie sur ses rails.

La deuxième journée du sommet sur le financement de la démocratie s’est amorcée par un discours liminaire de Rick Mercer, qui a livré sa perspective personnelle et typiquement canadienne dans une allocution intitulée « Le Canada : un pays contre lequel on aime bien pester ». Les autres conférenciers principaux du sommet ont, entre autres, été la journaliste canadienne Linda McQuaig et le parlementaire islandais Ögmundur Jónasson.

Tout au cours de ses deux journées, le sommet sur le financement de la démocratie a réuni des experts canadiens et internationaux dans les secteurs du syndicalisme, du milieu universitaire, du gouvernement et des ONG pour des groupes de discussion sur divers sujets, par exemple :

Le programme du sommet sur le financement de la démocratie, notamment la liste complète des conférenciers et panelistes, peut être consulté ici.

Back to top